blog expositions

DAVID ALTMEJD – Flux – Musée d’Art Moderne de Paris, France
10 octobre 2014 – 01 février 2015

Première restrospective en France de cet artiste canadien aux sculptures « organiques et oniriques », assemblages d’une multitude de matières naturelles ou synthétiques. Entre écorchés à la limite de l’abject et constructions monumentales et/ou complexes faites de plexi, squelettes, poils, cristaux, plastique, …. figurant la gestation organique ou fluide de la vie, à travers lesquelles des faisceaux arachnéens s’entremêlent, des chemins de fourmis se faufilent, des hommes « se tricotent »,  le tout répété à l’infini dans des miroirs explosés ou non. Et en passant, des géants mi-végétaux mi-minéraux, gardiens d’on ne sait quels rêves vous scruptent de leur hauteur en toute indifférence.

On pénètre dans un monde fantastique, un peu dérangeant mais complètement délirant, inspiré d’une part par l’observation minutieuse et l’expérimention ludique des sciences naturelles, et d’autre part la rigueur de la conception architecturale.

« Théâtre de formes et d’organes en gestation, de cristaux en formation, son œuvre agit par strates, assemblant patiemment des sédiments mémoriels soudain réunis en une explosion jubilatoire et onirique. » (d’après le dossier de presse.)

 


 

Museum Frieder Burda – Baden-Baden, Germany

40|10 Bilderwechsel (Changement de tableaux)
8 novembre 2014 – 15 février 2015

« Le Musée célèbre en 2014 son 10e anniversaire. Il présente pour l’occasion des pièces maîtresses de la Collection Frieder Burda, une collection qui ne cesse de grandir depuis 40 ans. À la grande exposition « 40|10 » succède maintenant celle intitulée « 40|10 Bilderwechsel » (changement de tableaux) ; elle permet de témoigner une nouvelle fois de la diversité et de la qualité d’une collection qui, avec son millier d’œuvres allant des débuts de l’art moderne jusqu’à l’art contemporain, constitue une impressionnante revue des mouvements artistiques des cent dernières années. »

Le Musée en lui-même est une ode à la lumière, à la modernité, à l’équilibre. Pour reprendre l’architecte Richard Meier : « Les meilleures œuvres de la modernité sont toutes liées à des principes et des idéaux qui relèvent de l’architecture. La peinture moderne s’interroge sur la nature de la peinture elle-même, la sculpture moderne sur les relations entre l’art et l’espace. De la même manière, l’architecture moderne explore la relation de la lumière à l’espace et à l’échelle humaine. Tous les genres artistiques refusent ainsi de servir des exigences d’ordre décoratif, illustratif ou sentimental. »


 

Musée Soulages – Rodez, France.

Exposition d’une grande variété d’oeuvres de Pierre Soulages (le Musée a recu en donation de l’artiste plus de 500 oeuvres) comprenant les fameux Outrenoirs, mais aussi de magnifiques eaux-fortes , les « Broux de noix », sérigraphies et peintures. L’occasion de découvrir cet artiste prolifique et grand maître de la lumière, dans un lieu tout en acier (auto-patinable) à l’architecture résolument moderne, qui s’intègre magnifiquement dans la ville.

La première exposition temporaire est consacrée aux Outrenoirs, monumentaux murs noirs et pourtant lumineux – du 31 mai au 5 octobre 2014


Exposition « La disparition des lucioles » – La collection Lambert en Avignon, France.  Prison Ste Anne – 25 mai-18 novembre 2014.

Ajoutant au sentiment de curiosité un peu malsaine de visiter une « vraie » prison (fermée il y a dix ans), la grande diversité et la qualité des oeuvres présentées font de cet évènement une expérience unique et captivante.

La scénographie est impressionnante: tirant parti des strates de couleurs écaillées et des graffitis des cellules, jouant sur le contraste insalubrité/sophistication, et profitant de l’effet de surprise que constitue la découverte de chaque nouvelle cellule, pour guider le visiteur dans ce labyrinthe à la fois étouffant et époustouflant.  Une collection impressionnante qui s’étale sur 4 étages et s’étire le long de couloirs tristes ouvrant les portes ou les judas des cellules sur toutes formes possibles de l’art contemporain: sculptures, peintures, photos, vidéos, installations, oeuvres d’artistes reconnus aussi bien que morceaux choisis de collections insolites et bizarroides.

Le concept s’avère bon, les visiteurs affluent, grands et petits, et tous ressortent de là un peu sonnés. Plongés quelques heures dans ce lieu d’enfermement, où l’art serait la seule évasion possible. Troublant.